Ma sombre Vanessa

Kate Elizabeth Russell

Les Escales

  • par (Libraire)
    23 novembre 2020

    En 2000,dans un prestigieux pensionnat de la Nouvelle-Angleterre, Vanessa, quinze ans, tombe sous le charme de son manipulateur et séducteur professeur de littérature âgé de quarante-deux ans. L'auteur nous donne une analyse psychologique précise de l'évolution de la relation perverse entre ce professeur et son élève. Mais elle nous montre aussi comment la société américaine et enseignante réagit face à ces révélations. Livre puissant, troublant, dérangeant et addictif.


  • 22 octobre 2020

    Intelligent et nécessaire.

    Qu’est-ce qu’une victime ?
    La réponse semble simple : une personne qui subit un dommage, moral ou physique, sans son consentement.

    Tout le monde s’accorde là dessus.
    Mais, et les victimes qui refusent de se reconnaître comme telles ? Toutes celles qui se taisent et se raccrochent à l’idée que tant qu’elles ne se revendiquent pas victimes, elles ne le sont pas vraiment ?
    Sont-elles plus, ou moins courageuses que celles qui parlent ?
    Pendant très longtemps, on cachait les faits, par honte, par peur, parfois même par force.
    Mais ceux qui imaginent que maintenant ce n’est plus le cas, et qu’une victime DOIT parler, pour son bien et celui des autres, parce que ce n’est plus « honteux » se trompent. Et lourdement.
    Une victime ne l’est pas qu’aux yeux des autres, son propre regard compte aussi. Il compte même bien plus que le reste...
    Parce que l’horreur, le choc, l’infamie, appelez ça comme vous voulez, c’est d’abord en elle qu’elle le ressent.
    Et tout cela est bien plus complexe qu’il n’y paraît.

    Avec son roman, Ma Sombre Vanessa, Kate Elizabeth Russel pose à plat toutes ces nuances, toutes ces complexités, tous ces questionnements.
    Elle nous les expose, nous les explique, nous les fait ressentir, à travers l’histoire de Vanessa.

    En 2000, cette jeune élève, amoureuse des mots, des livres et des poèmes, va vivre l’enfer avec Strane en croyant atteindre le paradis.
    Ou en tentant de s’en persuader autant que possible.
    Alors, en 2017, lorsque Strane est accusé par d’autres jeunes femmes, comment peut-elle réagir ? Au mieux pour elle, pour les autres, pour lui ?

    Avec l’alternance des chapitres, on suit à la fois la jeune élève qu’elle était et la jeune femme qu’elle est aujourd’hui, et on ressent jusque dans nos tripes la résonance et les conséquences de la première époque sur la seconde.

    Les victimes sont comme les horreurs qu’elles subissent : multiples et différentes.
    Il n’y a pas de « bonne » façon d’être une survivante, parce qu’il y a autant de manières de l’être que de personnes qui le sont...

    Un roman sombre, beau et difficile, délicat et cru, doux et tourmenté, qui parlera à tous, victimes ou non.
    À lire absolument.


  • par (Libraire)
    14 octobre 2020

    Vanessa a 15 ans, étudiante dans un internat privé huppé et tombe sous le charme de son professeur de lettres. Cette histoire qui peut paraître banale est pourtant passionnante et plus complexe qu'elle n'en a l'air car ce n'est pas une simple relation, c'est une passion qui va perdurer pendant plusieurs années et pose la question essentielle du consentement éclairé d'une telle relation à 15 ans.
    D'autant plus quand ce professeur est accusé vingt ans plus tard de harcèlement sexuel. Vanessa était-elle victime?
    Un beau roman qui questionne ce thème du consentement


  • par (Libraire)
    5 octobre 2020

    Lolita MeToo

    Qui n'a jamais été secrètement amoureuse d'un enseignant? Soupirs lorsqu'on évoque son nom, peut-être, pour les plus fleurs bleues, quelques cœurs avec des initiales en marge d'un cahier.
    Là, où cela devient problématique, c'est lorsque l'attirance est réciproque et qu'elle se transforme en jeu malsain.
    Manipulation, emprise, consentement, toutes ces questions sont abordées dans ce roman qui montre bien la complexité de chaque situation, du déni à la revendication. La figure de Lolita n'est pas loin, bien entendu, mais envisagée à l'aune de la libération de la parole des femmes, des réseaux sociaux, de cette ère post-MeToo. Sombre mais passionnant.