Dictionnaire Amoureux de Joseph Kessel
EAN13
9782259252829
ISBN
978-2-259-25282-9
Éditeur
Plon
Date de publication
Collection
Dictionnaire amoureux
Nombre de pages
1088
Dimensions
20,2 x 13,2 x 4 cm
Poids
872 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Dictionnaire Amoureux de Joseph Kessel

De

Plon

Dictionnaire amoureux

Offres

À l'occasion des 40 ans de la disparition de Joseph Kessel, Olivier Weber livre son Dictionnaire amoureux du "Lion", ce voyageur révolté au faciès de baroudeur et au regard tendre ; un témoin parmi les hommes.
" Les sentiments en bataille qui parcourent les livres de Joseph Kessel ne sont que le reflet d'une âme chavirée, mais qui demeure d'abord un cœur pur, où l'amitié des hommes compte autant que le goût du baroud. Plus que reporter au long cours, chantre de la grandeur humaine, il fut chroniqueur du monde, dans le fracas des guerres et le tourment des sentiments. Conteur des steppes, "Jef", ainsi que le surnomment ses amis, reste un témoin parmi les hommes, un marcheur dans le siècle traversé avec passion, un compagnon des aventures les plus improbables, un coureur d'horizons qui en aurait trop vu, un chantre de la souffrance et du bonheur des êtres, quels qu'ils soient. Pour Kessel, la vie somme toute n'aura été qu'un perpétuel mouvement de balancier. Des steppes argentines où il est né en 1898 aux ors de l'Académie française, des maquis improbables aux salons littéraires, " Jef le Lion " voulait autant traîner ses guêtres " là-bas " que témoigner " ici ". Éternelle soif de l'ailleurs et de l'autre qui ne fut étanchée que dans le désir d'écrire, non moins éternel. L'aventure était pour lui une maîtresse insatiable. Écrivain, grand reporter, Kessel demeure avant tout un homme de légende qui aura traversé deux conflits mondiaux, la révolution russe, maintes guerres civiles. Le monde était sa demeure, envahie par un vent entêtant, celui de l'appel au voyage. Chroniqueur des drames et spectateur engagé, fils d'un médecin juif d'origine russe, il était le frère des souffrants, au point qu'au soir de sa vie, infatigable révolté, romancier dostoïevskien, il prononça ces mots : " Ce que je n'aime pas, c'est l'injustice. " Superbe épitaphe pour les générations futures, reporters, écrivains et voyageurs. " Olivier Weber
S'identifier pour envoyer des commentaires.