La Chute des Princes
EAN13 : 9782264068293
ISBN :978-2-264-06829-3
Éditeur :10-18
Date Parution :
Collection :Littérature Étrangère (5023)
Nombre de pages :235
Dimensions : 18 x 11 x 1 cm
Poids : 137 g

La Chute des Princes

De

Vendu par Librairie Hisler BD Bis (Thionville 57100)

6.60€
"New York, années 1980. Bienvenue au bal des vanités, où de jeunes traders vont vendre leur âme au dollar et se consumer dans une ronde effrénée, sublime et macabre. Ils ont signé pour le frisson et ils vont jouer toute la partie: les fêtes, les drogues, l'alcool, les corps parfaits, les Cadillac, le sexe, et des morts que l'on laisse en chemin. Vite, toujours plus vite, c'est la seule règle de ce jeu. Aller suffisamment vite pour ne pas se laisser rattraper. Parce que les princes sont poursuivis par de terrifiants monstres: le sida, les overdoses, le regard chargé de honte de leurs parents, un amour s'excusant de n'avoir sauvé personne. L'un des plus grands romans sur l'Amérique et l'argent depuis Gatsby le Magnifique."

Robert Goolrick (Auteur) a également contribué aux livres...

Après l'incendie

Après l'incendie

Robert Goolrick

10-18

En stock, expédié demain 7,50 €
Après l'incendie - suivi de Trois lamentations
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
L'Enjoliveur

L'Enjoliveur

Robert Goolrick

Anne Carrière

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 12,00 €
Arrive un vagabond

Arrive un vagabond

Robert Goolrick

Pocket

Indisponible sur notre site
Image manquante

Arrive un vagabond

Robert Goolrick

À Vue D'Oeil

Indisponible sur notre site
Arrive un vagabond

Arrive un vagabond

Robert Goolrick

Anne Carrière

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 21,50 €
En savoir plus sur Robert Goolrick

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

De la décadence à la résilience

5 étoiles

Par .

Ils avaient tout pour eux Rooney et ses amis, ces " BSD, Big swinging dicks ", « grosses bites qui se la pètent », comme on appelait les traders dans les années 80 à New York. Chaque jour ils « achetaient le monde avant le déjeuner » et décompressaient en cultivant un art de vivre extrêmement luxueux et un vrai sens de l’amitié. Mais de New York aux Hamptons, derrière les excès, le sexe tarifé, les drogues et les litres d’alcools, chacun tentait aussi de construire sa vie. Certains y arrivèrent, d’autres pas. Le narrateur, Rooney, devenu ex BSD, déroule peu à peu le fil de cette vie jusqu’au jour où il a tout perdu : ses dépenses somptuaires, son loft aux murs rempli d’art contemporain, et cette merveilleuse épouse qui l’a quitté le soir même de son licenciement ! Certes, il lui a pardonné car « Carmela était faite pour vivre dans l’opulence », mais peu à peu il est devenu l'ombre de lui-même végétant dans un studio minable des bas-fonds de la ville. Il a bien tenté de retrouver, par procuration, les souvenirs vertigineux de cette jeunesse en allant visiter de somptueux appartements en location, ou en commandant par Internet de luxueux vêtements qu’il n’a désormais plus les moyens de s’offrir. Mais comment survivre à l’échec de sa vie quand la solitude vous accable ? Un jour il croise Hollie, étonnant et généreux travesti, qui lui lèguera le plus précieux des cadeaux : le sentiment de se savoir aimé. Et il va aussi lire Proust… Robert Goolrick nous offre une nouvelle fois un superbe récit sur la décadence et la résilience. Comme toujours chez cet auteur, dont on avait adoré « Une femme simple et honnête », l’écriture hypnotique et visuelle prend aux tripes. Et ses descriptions du New York décadent, époque Mapplethorpe et Studio 54 jusqu’aux premières heures du SIDA, sont saisissantes.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u